Comparaison entre les NCECF et les IFRS

31 mai 2018

Connaissez-vous les différences potentielles, pour votre organisation, entre les Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) et les Normes internationales d’information financière (IFRS)? Les entités sont confrontées au fait que les IFRS deviennent de plus en plus complexes et que les normes présentent de plus en plus de différences chaque année.

Cette série explique aux entités en détail l’ampleur des différences pour chaque norme et relève les cas où l’évaluation, le classement et la présentation de leur information financière actuelle selon les NCECF diffèrent de celle selon les IFRS en vigueur ou à venir.

Pour obtenir de plus amples directives sur les différences entre les NCECF et les IFRS, veuillez communiquer avec votre bureau local de BDO Canada s.r.l./S.E.N.C.R.L./LLP. BDO offre une gamme complète de services en matière de transition des PCGR, notamment en matière de rédaction de déclaration de principes, d’analyses des répercussions et d’autres services de consultation.

Vous trouverez ci-dessous un sommaire des différences pour chaque norme ainsi qu’un classement de l’ampleur des différences.

Cliquez sur l’icône correspondant à la publication que vous désirez consulter.
 


                                             Échelle des différences entre les NCECF et les IFRS 
                                  SigDifferences_4_FR-(2).png   Converged_1_FR.png MinorDifferences_2_FR.png


 DIFFÉRENCES IMPORTANTES


Contrats de location
   

DIFFÉRENCES MAJEURES


Impots sur les bénéfices Accords conjoints et associés
Filiales et consilidation  

DIFFÉRENCES MINEURES


Immobilisations corporelles
Présentation des états financiers Regropement d'entreprises
 
LES NORMES SE REJOIGNENT
Stocks  

Ces informations seront utiles aux organisations qui envisagent d’adopter les IFRS ou qui en évaluent les différences potentielles pour l’une des raisons suivantes :

  • elles envisagent de faire un appel public à l’épargne, qui vous obligerait à adopter les IFRS;
  • elles explorent des options de rachat d’investisseurs potentiels qui connaissent peu les NCECF ou qui exigent l’adoption des IFRS avant l’acquisition;
  • elles relèvent d’une société mère qui présente ses états financiers consolidés en vertu des IFRS;
  • elles percent des marchés étrangers ou obtiennent des capitaux auprès d’institutions qui exigent des états financiers conformes aux IFRS.

Ces publications seront particulièrement utiles :

  • aux contrôleurs qui préparent des états financiers selon les NCECF;
  • aux investisseurs sur le marché canadien qui ont de l’expérience avec les IFRS, mais qui connaissent peu les particularités canadiennes;
  • aux administrateurs qui désirent parfaire leur connaissance financière en matière d’IFRS et ainsi mieux servir les besoins de leur conseil d’administration ou de leur comité.