Bulletin fiscal - Réponses à vos questions sur le CELI

08 janvier 2019

Depuis la création des comptes d’épargne libre d’impôt, ou CELI, en janvier 2009, des millions de Canadiens et de Canadiennes ont souscrit à un ou à plusieurs CELI. Il ne fait aucun doute que de nombreux Canadiens et Canadiennes intègrent sans problème les CELI dans leur planification financière. 

Contrairement aux régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER), le CELI est un véhicule d’épargne libre d’impôt. Il vous permet d’épargner à plusieurs fins, que ce soit pour l’achat d’une maison, le démarrage d’une petite entreprise, l’achat d’un nouveau véhicule ou encore le mariage de votre enfant. Le CELI est également beaucoup plus souple que le REER, car vous pourrez retirer des fonds sans affecter votre capacité d’y cotiser de nouveau plus tard. Le REER ne convient pas à ces objectifs d’épargne à plus court terme. Le CELI peut aussi servir à épargner en vue de la retraite. En fait, pour certains, il sera plus avantageux de disposer d’un CELI à la retraite qu’un REER, car les retraits du CELI n’auront pas de conséquences sur les prestations fondées sur le revenu.

Ce qui différencie fortement le CELI des autres régimes à impôt différé comme le REER, c’est la façon dont les cotisations et les retraits sont gérés. Contrairement aux cotisations à un REER, les cotisations au CELI ne donneront pas droit à une déduction fiscale (c’est pourquoi nous disons que le CELI est une épargne libre d’impôt). Lorsque des fonds sont retirés, les cotisations accumulées et les revenus perçus ne seront pas imposables. 

Le reste de ce bulletin traite de plusieurs questions fréquentes sur le CELI
 

Téléchargez notre bulletin fiscal complet