Planification de l’après-COVID-19 pour le secteur du détail

07 avril 2020

La crise de la COVID-19 a donné naissance à une nouvelle réalité pour les détaillants et les autres entreprises qui font affaire avec leurs clients en personne. Ils doivent se concentrer sur leurs activités quotidiennes tout en restant à l’affût des restrictions sanitaires en constante évolution et des efforts de soutien du gouvernement. Toutefois, il est essentiel de ne pas perdre de vue que les restrictions auxquelles est assujetti le secteur du détail ne sont que temporaires et que la situation retrouvera un semblant de « normalité » dans les mois à venir. En plus de se soumettre aux exigences en cette situation de cette pandémie, les détaillants doivent également être proactifs dans leur planification de l’après-COVID-19. Quelle forme prendra alors le secteur du détail?   Retrouvera-t-il l’état qu’il avait avant la pandémie? La demande comprimée dynamisera-t-elle les ventes ou les consommateurs réduiront-ils plutôt leurs dépenses en raison de l’incertitude? Assisterons-nous à un changement de modèle, passant des ventes physiques vers le commerce de détail en ligne?

Caractéristiques potentielles du secteur du détail après la crise

À l’heure actuelle, nous nageons dans l’incertitude. Cependant, nous estimons que les effets financiers et psychologiques ainsi que les incidences sur les opérations et la réglementation de la COVID-19 se feront sentir au-delà des phases de distanciation sociale et d’isolement, définissant une nouvelle norme pour le détail. Voici certains éléments qui pourraient caractériser l’après-COVID-19 :

Essor du commerce électronique

Bien que la pénétration du commerce électronique varie grandement en fonction de la catégorie de produits et du type de détaillant, la COVID-19 a contraint de nombreuses entreprises à accroître leur présence en ligne. Cette situation pourrait engendrer une hausse permanente des ventes réalisées par l’entremise du commerce électronique. Les épiceries, les fournisseurs d’aliments préparés et les pharmacies constituent de bons exemples d’entreprises susceptibles de connaître une hausse du commerce électronique, et les tâches de leurs employés risquent de changer; au lieu de remplir les tablettes et d’offrir du service en magasin, ils pourraient être amenés à remplir les commandes.

Consolidation et fermeture accélérée des magasins physiques

Les commerçants auront tendance à attribuer cette situation à la COVID-19, mais cette tendance était déjà enclenchée depuis les deux dernières années. La crise de la COVID-19 ne fera qu’accélérer le processus. Cette tendance devrait également avoir une incidence sur les activités des restaurants et celles d’autres franchisés.

Consolidation accrue

La crise a créé pour les détaillants disposant de flux de trésorerie élevés des occasions d’acheter au rabais des stocks, des emplacements clés ainsi que des concurrents.

Accent particulier mis sur la santé, la sécurité et la propreté à l’échelle de la chaîne d’approvisionnement

La santé, la sécurité et les processus stricts en matière de propreté jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la transmission de la COVID-19, et ces processus détaillés et réglementés devraient devenir la norme. Cette situation risque d’accroître les délais de livraison et la demande de produits liés à la sécurité, en particulier pour les biens en provenance de l’étranger.

Souplesse en milieu de travail

L’adoption de structures de télétravail pour de nombreux milieux de travail en vue d’assurer la productivité tout en respectant les ordres de distanciation sociale pourrait accroître les attentes en matière de souplesse et d’acceptation du télétravail à l’échelle de l’organisation. Par ailleurs, pour répondre à la demande accrue de livraisons à domicile, une hausse de la demande de travailleurs à temps partiel risque de se faire ressentir.

Affaiblissement de l’économie de partage

Le renforcement de la distanciation sociale et physique pourrait avoir un effet persistant dans l’après-COVID-19 et engendrer une hausse des préoccupations à l’égard de la vie privée physique, et les consommateurs risquent de préférer être propriétaires de leurs biens plutôt que d’en faire le partage.

La marche à suivre

Tout le monde attend la fin de cette pandémie et le retour à la vie normale. Les détaillants doivent se préparer à faire face à une nouvelle réalité. Benjamin Franklin a affirmé ce qui suit : « En omettant de vous préparer, vous vous préparez à l’échec. » Pour le secteur du détail, une partie de cette préparation repose sur l’établissement d’une stratégie axée sur les principaux éléments de leur réussite : leurs clients, leurs employés, leur marchandise et leurs finances.

Votre expérience client

Vos clients seront à la recherche d’une expérience de magasinage familière qui atténue leurs craintes d’une pandémie. Les détaillants devront créer ou recréer un environnement de magasinage axé sur la propreté qui permet un magasinage de façon plus distancée. Ils pourraient prendre les mesures ci-dessous : 

  • Accroître les options de commerce électronique et de ramassage en magasin;
  • Réorganiser les structures des magasins physiques pour permettre le ramassage d’un plus grand nombre de commandes, l’ajout de caisses libre-service et la réduction de l’encombrement dans les allées;
  • Augmenter la protection physique des aliments frais tout en offrant une expérience de magasinage agréable et efficace;
  • Offrir un nombre accru de stations de désinfection et de lavage des mains;
  • Accroître l’offre d’équipement de protection pour les employés et les clients. 

Votre personnel

Malgré la hausse des licenciements en raison des fermetures temporaires d’entreprises, l’économie du Canada est principalement axée sur les services et le demeurera après la crise de la COVID-19. Les travailleurs de première ligne seront nécessaires pour fournir des biens et des services. L’évaluation et la planification du capital humain seront essentielles. Les détaillants devront revoir la composition de leurs équipes après les réductions de personnel actuelles et prévues et devront prendre des mesures pour conserver les bons employés. Changements attendus :

  • Hausse des salaires;
  • Flexibilité accrue à l’égard des quarts de travail;
  • Augmentation du nombre de jours de congé de maladie accordés;
  • Disponibilité accrue des meilleurs employés à tous les niveaux pour aider les détaillants à faire croître leur entreprise. 

Planification de votre marchandise et de vos services

Les consommateurs continueront d’effectuer des achats pendant la crise de la COVID-19 et par la suite. Toutefois, leurs choix de biens et de services seront influencés par les changements à leur situation financière et à leur style de vie, leurs aspirations à moyen terme et leurs achats en quantités excessives de certains biens. Hausses prévues dans les catégories suivantes :

  • Marques économiques de produits et de services de base;
  • Produits et services de santé, de bien-être et de sécurité personnelle;
  • Livraison à domicile de biens et d’aliments, notamment dans la chaîne des produits destinés directement au consommateur;
  • Inscriptions à des services permettant de réduire les interactions et le magasinage;
  • Appareils électroniques et autres appareils prenant en charge les expériences et les transactions à domicile;
  • Services de livraison personnalisés ou privés, notamment ceux pour lesquels les consommateurs sont prêts à payer un supplément.

Votre portrait financier

Dans ce contexte, il est essentiel que les détaillants effectuent une bonne gestion de la trésorerie. Recherchez et demandez différentes stratégies de préservation de la trésorerie, des incitatifs aux reports et aux délais supplémentaires de paiement, mais gardez en tête que vous devrez effectuer ces paiements au bout du compte. Assurez-vous que les montants non versés aujourd’hui ne deviennent pas des bris de clauses restrictives ou de contrat plus tard.

Acheteur, vendeur ou survivant

Sans aucun doute, la pression actuelle sur les détaillants est énorme, et la COVID-19 entraînera des changements. Toutefois, ceux-ci n’ont pas nécessairement à être négatifs; ils doivent seulement être stratégiques. Vous devez d’abord déterminer si vous êtes un acheteur, un vendeur ou un survivant. Êtes-vous en mesure d’acheter plus d’actifs, qu’il s’agisse de produits, de technologies ou même de sociétés supplémentaires, pour faire croître vos activités? Si c’est le cas, vous devez planifier soigneusement ces transactions. Serait-il plus judicieux de commencer le processus de vente de votre entreprise, particulièrement si vos projections indiquent que vous serez à court de liquidités et d’options? Si c’est le cas, vous devez planifier en vue de maximiser votre valeur et réduire au minimum les interruptions pour toutes les parties prenantes. Vous vous trouvez plutôt entre ces deux extrêmes et vous êtes en mesure de prendre les mesures nécessaires pour vous adapter et survivre à cette crise? Si telle est votre situation, vous devez évaluer de quelle façon l’expérience d’achat à laquelle vos clients s’attendaient avant la pandémie se traduit dans la situation de votre entreprise après la pandémie.

Quelle que soit votre situation, il est essentiel d’adopter une approche proactive dans la gestion de votre entreprise en ces temps difficiles. L’inaction n’est pas une option. 

Comment BDO peut vous aider

En cette période difficile où il est essentiel de mettre en œuvre de nouvelles stratégies, un conseiller BDO chevronné peut vous offrir du soutien et des conseils. Nous comprenons que vous vous sentiez dépassé quand vient le temps d’adapter votre entreprise; c’est pourquoi nous sommes là pour vous aider à effectuer ces changements.

Eric Matusiak, Associé et chef national des Services au secteur du commerce de détail

Notre site utilise des témoins nous permettant de vous offrir un service plus réactif et personnalisé. En consultant notre site, vous acceptez l'utilisation des témoins. Veuillez lire notre déclaration de confidentialité pour en savoir plus sur les témoins que nous utilisons et sur la façon de les bloquer ou de les supprimer.