Changeons le discours à propos de la succession

16 octobre 2017

Ag-tips-StatsCan-Succession_LandingPage_679x220.jpg

Statistique Canada a récemment publié le recensement de 2016, et une nouvelle statistique a suscité beaucoup d’attention : seuls 8,4 % des répondants ont déclaré avoir rédigé un plan de relève (ou plan de succession).

Est-ce concevable? Est-ce possible que les gens aient répondu à la question de façon trop littérale?

Selon Le grand dictionnaire terminologique, la succession s’entend de la « transmission des biens d’une personne décédée à une personne physique ou morale ».

Au sens littéral, pour qu’il y ait succession, une personne doit décéder.

Est-ce donc surprenant que peu d’entre nous choisissent de s’engager de la sorte par écrit?

Il est peut-être temps de changer le discours et d’en éliminer le mot « succession ».

Une meilleure question à poser pourrait être : « avez-vous un plan pour la poursuite de votre exploitation agricole lorsque les propriétaires et gestionnaires actuels quitteront l’entreprise »?

Que vous fassiez partie du 8 % des gens qui ont rédigé un plan ou du 92 % qui ne l’ont pas fait, Benjamin Franklin a fait remarquer qu’il existe en fait un plan pour chacun d’entre nous, auquel nul ne peut échapper : la mort et les impôts.

En termes simples, tous les actifs pour ceux d’entre nous qui n’ont pas de plan, seront réputés être disposés à la date du décès et seront ajoutés au revenu de l’année en question. Le revenu total pourrait être imposé à un taux supérieur à ce que nous voudrions. En ajoutant les frais d’homologation, une grande partie de la succession pourrait devenir la propriété de l’État. Ce n’est pas un bon plan!

De nombreuses occasions de planification fiscale sont offertes aux familles qui exploitent une entreprise agricole pour compenser ce passif d’impôt. Alors, par où commencer?

Les plans changent : une liste de contrôle nous permet d’établir la priorité des éléments à traiter immédiatement et ceux qui peuvent attendre.

C’est aujourd’hui la meilleure journée pour entamer la discussion. Communiquez avec votre conseiller local BDO.