Les cinq principaux risques de fraude que votre entreprise doit surveiller en 2021

20 avril 2021

L'année 2020 a été particulière. La pandémie de COVID-19 a progressé dans le monde entier, forçant ainsi de nombreuses entreprises à suspendre ou à cesser leurs activités, à se tourner vers le Web pour poursuivre celles-ci ou à s'adapter d'une manière ou d'une autre à des facteurs qui, conjugués, réunissent les conditions idéales pour la fraude et de nouvelles menaces.

Ces conditions idéales, soit l'occasion, la motivation et la rationalisation (c'est-à-dire le triangle de la fraude), impliquent que les sociétés doivent plus que jamais faire preuve d'une grande vigilance.

En 2021 et dans les années à venir, avec cette nouvelle « normalité » propice à l'élaboration de stratagèmes frauduleux inusités, les entreprises devront continuer de trouver des façons de mieux comprendre ce qui pousse les fraudeurs à commettre leurs méfaits ainsi que les méthodes qu'ils utilisent, puis elles devront revoir leurs pratiques pour éviter la fraude.

Cet article examine certaines occasions qui ouvrent la porte à la fraude, les motivations et les rationalisations des fraudeurs, ainsi que les meilleurs moyens pour permettre à votre entreprise d'atténuer les cinq principaux risques de fraude en 2021.

1. Cyberfraude

La cyberfraude se trouve en tête du palmarès des risques de fraude à surveiller en 2021. La pandémie et la croissance record du commerce numérique continueront d'accroître la vulnérabilité des PME aux cyberattaques.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a récemment signalé qu'environ 61 000 PME ont été touchées par des cyberattaques depuis mars 2020. Plus de 80 % de ces entreprises ont indiqué que les attaques ont été perpétrées au moyen de courriels frauduleux et de tentatives d'hameçonnage et 50 % d'entre elles ont été visées par des logiciels malveillants. Les entreprises les plus vulnérables à la cyberfraude sont celles qui :

  • comptent 20 employés ou plus;
  • ont permis le télétravail ou ont pris le tournant numérique durant la pandémie;
  • évoluent dans les secteurs de la fabrication, du commerce de gros ainsi que des services aux entreprises et de gestion de l'administration.

L'un des meilleurs moyens de réduire le risque de cyberfraude est de sécuriser l'infrastructure des TI. Que vous choisissiez d'impartir la gestion de vos réseaux informatiques ou de conserver cette tâche à l'interne, vous devez avoir conscience des activités sur votre réseau au moment où elles se déroulent afin d'améliorer la cyberrésilience de votre entreprise. Mieux vous connaîtrez les risques associés à votre entreprise, meilleures seront les mesures de sécurité que vous serez à même de mettre en place. Un excellent point de départ consiste à procéder à une évaluation des cyberrisques de votre organisation. Heureusement, l'équipe des Services en cybersécurité et expertise judiciaire de BDO peut vous aider à cet égard.

2. Les fraudes commises par le personnel

Comme nous l'avons vu, le nouvel environnement de travail entraîne de nombreuses difficultés et des occasions de fraude, notamment les fraudes commises par les employés et les fautes disciplinaires. Étant donné que le nombre d'employés qui troquent leur bureau contre la table de cuisine est plus élevé que jamais, il est plus facile d'abuser des contrôles de suivi du temps, de falsifier les signatures de documents numériques et d'omettre de poser des questions lorsque quelque chose ne semble pas tourner rond.

Il est beaucoup plus difficile pour la direction d'effectuer la surveillance des employés qui font du télétravail et, comme les directeurs sur place sont moins nombreux, le risque d'activités frauduleuses est accru. Certains éléments peuvent être des signes d'activités suspectes, notamment les employés qui ont tendance à vouloir exercer un contrôle excessif au travail, ceux qui insistent pour tout faire eux-mêmes et le manque de séparation des tâches. La fraude commise par le personnel comprend les stratagèmes relatifs à la paie comme les versements à des employés fictifs, la saisie d'heures dans les feuilles de temps pour des employés absents, le gonflement des heures dans les feuilles de temps, l'omission de consigner les heures de vacances et le classement à tort d'un employé à titre d'entrepreneur indépendant.

Au minimum, les sociétés doivent sensibiliser le personnel à la lutte contre la fraude en établissant des politiques claires sur le télétravail et le travail dans les locaux de l'entreprise, fournir des formations annuelles obligatoires sur les pratiques exemplaires pour l'ensemble du personnel et, au besoin, créer une ligne directe pour les questions d'éthique. Selon l'Association of Certified Fraud Examiners (ACFE), les renseignements fournis par les employés permettent de déceler 43 % des stratagèmes frauduleux. Dans le contexte actuel, les sociétés doivent également tenir compte de la gestion des feuilles de temps à distance et des logiciels automatisés du service de la paie.

3. Fraude liée à l'approvisionnement

Pour faire face à la pandémie de COVID-19, de nombreuses organisations et agences gouvernementales ont pris des décisions rapides à propos de l'octroi de prêts, de subventions et de contrats à des partenaires commerciaux potentiels. Par conséquent, les longs processus d'approvisionnement public et les cadres juridiques n'ont pas été suivis aussi rigoureusement qu'à l'habitude, ce qui a entraîné une baisse de la qualité des biens obtenus, des prix abusifs, des factures gonflées, la participation de fournisseurs inexpérimentés et une incapacité générale à s'approvisionner.

En 2021, les responsables de l'approvisionnement devront élargir leurs partenariats stratégiques et accélérer l'adoption de l'innovation numérique pour obtenir des résultats à toutes les étapes de la chaîne de valeur élargie. Pour savoir comment, veuillez lire notre article sur la chaîne d'approvisionnement et les stratégies connexes en période de pandémie de COVID-19.

4. Fraude en matière d'assurance

En raison des pressions financières imposées par la pandémie de COVID-19, les assureurs redoubleront de vigilance à l'égard des fraudes en 2021. Des sociétés à la recherche de moyens pour survivre pourraient fournir des renseignements inexacts ou trompeurs afin d'obtenir une couverture d'assurance. Les sociétés d'assurance pourraient constater une hausse des accidents simulés dans les locaux des entreprises ou à domicile, des accidents de voiture mis en scène et des arnaques relatives à la facturation, selon le 2020 Friss Insurance Fraud Report. Les mesures de distanciation physique et de télétravail restreignent également la capacité des enquêteurs à obtenir des preuves et à communiquer en personne avec les demandeurs. Par conséquent, le secteur de l'assurance devra accélérer le pas et innover dans sa façon de prévenir et de détecter les activités frauduleuses, puis d'enquêter sur celles-ci, en envisageant l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) et des technologies numériques.

5. Fraude relative aux prestations gouvernementales

Les gouvernements, dont celui du Canada, ont élaborer des programmes de soutien destinés aux entreprises et aux résidents qui sont admissibles à l'aide financière afin d'aider de nombreux secteurs à faire face à la crise financière découlant de la pandémie de COVID-19, en particulier ceux de l'hôtellerie et du tourisme. Par conséquent, des particuliers et des sociétés présentent de fausses demandes pour recevoir la Prestation canadienne d'urgence (PCU) ou d'autres prestations auxquelles ils ne sont pas admissibles selon les modalités des divers programmes. Les risques financiers (outre la réception de fonds liés à la PCU) associés à ces fausses demandes demeurent encore incertains, car l'Agence du revenu du Canada (ARC) examine actuellement les déclarations de revenus de 2020.

De nombreux fraudeurs prétendent être des représentants de l'ARC afin d'accéder aux renseignements personnels de particuliers, leur voler de l'argent directement ou voler leur identité pour demander la PCU en leur nom. Les entreprises et leurs employés sont vulnérables à ce type de stratagème. L'ARC a dressé une liste de 30 arnaques signalées jusqu'à présent.

Comme la pandémie se poursuit, il y a fort à parier que les stratagèmes feront de même. Pour limiter ces risques, les entreprises et les particuliers doivent connaître les arnaques perpétrées et mettre en place une infrastructure des TI comme celle qui est décrite ci-dessus. Pour obtenir de plus amples renseignements, BDO a créé un portail de ressources liées à la fraude et à la cybersécurité visant à protéger contre la fraude et les cyberattaques.

BDO peut vous aider

BDO s'engage à aider les propriétaires d'entreprise à comprendre les activités fraudeuses dont leur organisation pourrait être victime, à quantifier les pertes potentielles qu'une entreprise pourrait avoir subies et à discuter des mesures à mettre en œuvre pour atténuer ces risques. Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de la protection contre la fraude au sein de votre organisation et de la détection de celle-ci, communiquez avec :

Anne-Marie Belanger
Associé, Services en juricomptabilité, Enquêtes sur les différends
abelanger@bdo.ca

Notre site utilise des témoins nous permettant de vous offrir un service plus réactif et personnalisé. En consultant notre site, vous acceptez l'utilisation des témoins. Veuillez lire notre déclaration de confidentialité pour en savoir plus sur les témoins que nous utilisons et sur la façon de les bloquer ou de les supprimer.